27.5.12

Ce qui sera lancé mercredi


Mais de quoi auront-ils l'air, ces fameux livres lancés à la fête du mercredi 30 mai au Port de tête ?
Il suffit de cliquer sur les images ci-dessous pour les voir de près!
(pour les détails de la fête, voir l'entrée précédente du blog)



Excursions dans le monde visible, péripéties hagardes du quotidien, phrases insolites captées au vol...
En présence de l'auteur, venu spécialement de Belgique!


Contes palpitants où animaux et humains s'emmêlent les pattes et les idées.
Avec tout l'art de l'auteure de L'Écorcobaliseur. 
En l'absence de madame Cournut, prisonnière de Paris!


Poèmes traduits pour la première fois du grec par Michel Volkovitch.
Dans notre collection « Le fer & sa rouille »,
de petits livres cousus à la main et non coupés, au tirage limité.
En l'absence de madame Iliopoulou,  retenue à Athènes!


Réédition en format poche de ce livre de Thierry Horguelin épuisé par la demande populaire.
Gagnant du prix du meilleur recueil de nouvelles 2009
de L'Académie Royale de Belgique.

Extrait de l'argumentaire du jury : « Savamment agencées, mâtinées d'un humour très fin, ces nouvelles bénéficiant d'une maîtrise d'écriture évidente révèlent un auteur qui a pris le temps de parfaire son instrument avant d'en rendre publiques les prestations. »

***

Également de la partie : Passage public de Joël Gayraud et Résolutions de Laurent Albarracin que vous pouvez voir ici

Lire ici ce que Éric Chevillard dit de Laurent Albarracin 
dans Le Monde de jeudi dernier.

***




10.5.12

On ouvre un livre au hasard et on lit




cette calme pluie sur la campagne
que nous avons aimée

cette pluie lumineuse
et tu marchais vers moi
sans me voir
au fil de la rue familière
et sur tes lèvres, tes épaules, sur tes hanches
sur les passants sur les pavés sur les façades ruisselantes
bougeait un triomphal soleil oblique

un jour encore, cette pluie sur un toit d'ardoise
et de zinc déchiré
cette pluie sur le sable sur les vagues
sur tes bras nus
à l'instant où il commence de faire froid

cette pluie derrière nous dans la cour
alors que nous regardons sans rien dire
l'immortelle Mémoire

et dans le noir dans le noir
après les terreurs de l'orage
cette immense pluie chantante, délivrée
avec au fond de l'espace le dernier éclair silencieux
et dans la tête la parole qui ne sera jamais prononcée

cette immense pluie de souvenirs
et peut-être aussi la petite goutte brillante
qui tremble à l'extrême de tes cils et de ton coeur
et tombe sur ta joue ou sur ma main
écoute
Georgette
ô mon amie
ma grande magie bleue
Georgette chérie de ma jeunesse



12 mai 1952, Paul Nougé


Ce soir, 10 mai 2012, soixante années plus tard, la pluie est toujours là.